Bride stories - manga de Kaoru Mori

Que savez-vous au juste de la Mongolie ? Si, pour vous comme pour moi, la Mongolie se résume à Genghis Khan, à Khoubilaï, aux invasions mongoles du XIIIe siècle et aux récits de Marco Polo, alors le manga de Kaoru Mori est peut-être fait pour vous… Car, contrairement à ce que le titre laisse entendre, il ne s’agit pas d’histoires de couples – enfin si, mais pas que –, mais plus de récits, presque de saynètes, de la vie quotidienne en Mongolie au XIXe siècle, presque un ouvrage d’anthropologie, en moins ampoulé et beaucoup plus vivant, où les usages, les coutumes, les traditions, les règles de vie de la société mongole sont abordés avec clarté et beaucoup d’humour.

En fait, ce manga est assez difficile à décrire, car son mode de narration est plutôt ambigu : l’histoire commence au lendemain des noces de Karluk, benjamin du clan Eyhon, et d’Amir, venue du clan Hargal. Le récit les utilise pour décrypter le cérémonial du mariage mongol et l’importance de ce dernier, avant de bifurquer brusquement vers la fin du second tome, où l’on quitte Karluk et Amir – allez, on les reverra dès le tome 3 ! – pour suivre Henry Smith, le « parasite officiel » du clan Eyhon.

Bride stories - manga de Kaoru Mori

Smith n’est pas marié. C’est un universitaire, un anthropologue venu étudier le mode de vie mongol, à la fois une sorte de faire-valoir, pas vraiment froussard, mais plus habitué aux joutes verbales qu’aux guerres de clans, un énergumène assommant de questions les artisans et les médecins qui commettent l’erreur d’approcher le clan Eyhon, mais plus encore Smith est la voix du lecteur, celui qui a constamment besoin d’éclaircissements et d’explications concernant le moindre fait, la moindre coutume, celui qui, comme le lecteur, est immergé dans une culture qu’il ne connaît pas et qu’il cherche à comprendre.

En un mot, un manga plaisant, agréable à lire et instructif, pour peu qu’on s’intéresse au sujet… ou qu’on cherche simplement à passer un bon moment de lecture.

Vidéo non imprimable
Dédicace de Kaoru Mori.

Pour consulter la vidéo présente dans cet article, vous devez disposer du lecteur gratuit Adobe Flash Player.

Vous pouvez le télécharger sur le site d'Adobe.

Kaoru Mori en dédicace chez elle, au pays du Soleil levant.

La jeune Japonaise a obtenu le Prix intergénérations au dernier Festival international de la bande dessinée d’Angoulême.