• Claire Diterzi, Le salon des refusées, Naïve
  • EZ3kiel, Naphtaline orchestra, L’Autre distribution
  • Indochine, Black city parade, Sony music
  • La Fouine, Drôle de parcours, Sony music
  • Les Enfoirés, La boîte à musique, Les Restaurants du coeur
  • Mirel Wagner, To the bone, Bone Voyage recording
  • Pascal Obispo, Millésimes, Sony music
  • Pink, The truth about love, Sony music
  • Zazie, Cyclo, Mercury

En partie écrit lors de sa résidence à la villa Médicis à Rome, qui créa la polémique en 2010 puisqu’elle était la première artiste de musique « populaire » à être invitée par cette académie prestigieuse, l’album de Claire Diterzi, Le salon des refusées, intègre une instrumentation acoustique peu courante dans la chanson française, comme c’est le cas, par exemple, de la viole de gambe, qui lui donne une teinte mélancolique.

Elle joue ici Clair-obscur, extrait de l’album, pour l’émission musicale du Figaro.

Vidéo non imprimable
Claire Diterzi chante Clair-obscur, extrait de l’album Le salon des refusées.

Pour consulter la vidéo présente dans cet article, vous devez disposer du lecteur gratuit Adobe Flash Player.

Vous pouvez le télécharger sur le site d'Adobe.

Nous ne l’avions pas chroniquée à l’époque faute de temps. Avec une voix lancinante accompagnée simplement d’une guitare sèche, qui n’est pas sans rappeler Leonard Cohen à ses débuts, la jeune chanteuse éthiopienne Mirel Wagner, qui vit en Finlande, surprend avec un premier album sans concessions.

Vidéo non imprimable
No death de l’album To the bone de Mirel Wagner.

Pour consulter la vidéo présente dans cet article, vous devez disposer du lecteur gratuit Adobe Flash Player.

Vous pouvez le télécharger sur le site d'Adobe.